Comment le fascisme s'installe ? (par Sandra Schwab)

Nos remerciements à Sandra Schwab pour cette histoire. Vous pouvez lire l'original sur twitter: @ScribblingSandy.

Transcription (English) et traduction : Anonyme(s), Cryptie, Shiv, Skhaen.

FEEL FREE TO COPY AND/OR SHARE!

Comment le fascisme s'installe ?

Quand vous grandissez et que vous allez à l'école en Allemagne, vous allez couvrir le troisième Reich plusieurs fois.

En Histoire, nous le voyons au moins deux fois. En allemand, nous en parlons quand nous lisons des nouvelles ou des poêmes. En anglais, nous lisons "La Vague" (Die Welle) de Morton Rue. Quand "La liste de Schindler" est sortie, notre professeur nous a emmenés au cinéma pour le voir. Vers 15/16 ans, notre professeur d'histoire nous a montrés le film anti-guerre "Le Pont" (Die Brücke). Pour un de nos voyages de classe nous sommes allés au Musée Juif de Francfort, pour un autre, à un camp de concentration.

En Allemagne, vous n'avez pas le luxe de vous dire à vous même (et à vos enfants) : "ça ne peut pas arriver dans notre pays".

Nous n'apprenons pas seulement les horreurs de l'Allemagne Nazi, nous apprenons aussi les mécaniques de la société des années 30. Nous apprenons à quel point notre démocratie est fragile et à quel point il est facile de l'abattre. Nous apprenons qu'une chose comme l'Holocauste ne commence pas avec des camps de concentration et des meurtres mais démarre beaucoup plus tôt.

Ça commence avec des discours visant à déshumaniser tout un groupe de personnes.

Une autre chose que nous apprenons est comment était la vie en Allemagne Nazi, et c'est totalement terrifiant de voir à quel point il est facile d'arriver à un tel système et de le maintenir.

Vous étiez dans le mauvais parti ? Vous êtes arrêté.

Vous dites une blague qu'il ne fallait pas ? Vous êtes arrêté.

Vous voulez que votre fils devienne un apprenti dans la grande usine qui est le plus gros employeur de votre petite ville ? Il a intérêt à faire parti des Jeunesses Hitlériennes (c'est d'ailleurs la raison pour laquelle mon grand-père y est entré).

Oh, et qu'en est-il de votre fille ? Fait-elle partie du BDM [Bund Deutscher Mädel -- Ligue des Jeunes Filles Allemandes] ? Et si ce n'est pas le cas, pourquoi donc ?

Vous voulez devenir professeur ? Vous feriez mieux d'adhérer au Parti.

Pour le ragoût du dimanche, attendez vous à ce que quelqu'un du parti arrive chez vous pour s'assurer que vous en mangez vraiment et que vous donnez ce que vous auriez dépensé pour le rôti du dimanche à l'effort national pour rendre sa grandeur à votre pays (et si vous n'avez pas de ragoût vous avez aussi intérêt à avoir une bonne explication).

Vous dirigiez une organisation de jeunesse dans les années 1920 ? Elle sera naturellement fusionnée avec les nouvelles organisations nationales de jeunesse. Mais bon, ces deux nouvelles organisations nationales de jeunesse [les Jeunesses hitlériennes et la Ligue des Jeunes Filles Allemandes) sont assez géniales. Bon, elles font un peu d'endoctrinement politique, mais vous faites quand même des activités excitantes, vous allez en excursion et en vacances. On vous fait sentir que vous appartenez à un groupe - et on sait tous à quel point ce sentiment est puissant, n'est-ce pas ?

Imaginez vivre dans un tel pays. Imaginez vivre dans un pays où on apprend à vos enfants à dénoncer leurs parents et leurs professeurs.

Imaginez vivre dans un pays où vos voisins peuvent vous dénoncer si vous vous moquez de vos dirigeants.

Imaginez voir votre voisin, un membre éminent du parti social démocrate, être arrêté par la police pour être emmené dans un camp.

Imaginez regarder une foule en colère détruire le magasin de votre voisin juif.

Auriez-vous assez de courage pour lutter contre de telles situations, sachant que la foule pourrait se retourner contre vous ? Qu'arriverait-il à votre famille ? Où seriez-vous plutôt dans la foule parce qu'y être vous ferait vous sentir important et puissant ?

Seriez-vous parmi les spectateurs, les encourageant ? Parce qu'au moins le temps qu'ils s'occupent des autres, ils ne s'occupent pas de vous ?

Ou seriez vous aussi dans votre appartement au bout de la rue, les fenêtres fermées et vos mains bouchant vos oreilles. Vous voulez juste vivre votre vie et vous vous dites que ça ne peut pas empirer. Et puis c'est plus facile de ne pas regarder les mauvaises choses qui arrivent aux autres de trop près.

Vous savez, de notre point de vue, c'est tellement facile de dire "j'aurai résisté. Je serai intervenu".

Mais tant que vous n'avez pas vécu dans un tel système, tant que vous ne vous êtes pas retrouvé dans une situation similaire, vous ne pouvez pas vraiment savoir.

Comment le fascisme s'installe ? (par Sandra Schwab)
Share this