/ compostelle

Léon, anniv et spa (jour 48 à 62)

Jour 48

Grasse matinée jusqu'à 7h30, petit-déjeuner à 13 dans un bar-restaurant avant de partir, puis départ pour 20 kilomètres en groupe et en chantant. On arrive au gîte : fermé, épicerie : fermé aussi. Nada.

La patronne du bar est justement la gérante du gîte (quel hasard !) et se « propose » de nous « dépanner » car elle fait justement épicerie. À des prix totalement compétitifs, bien entendu, vu qu'elle est la seule ouverte.

La soirée (et le chauffage) s'améliore nettement avec un gros feu dans le poêle,

Jour 49

Nous arrivons à Itero de la Vega, il a plu quasiment toute la journée. Mais nous avons une fin de journée magnifique, une des plus belles journées du voyage, et sans aucun doute une des plus belles lumières de l'année.

Meseta Anthony

D'ailleurs, courir dans une montée avec un sac de rando pour une photo, ce n'est vraiment pas une bonne idée.

Loic meseta

Jour 50

Carrion de los Condes.

Jour 51

Terradillos de los templarios

Jour 52

Nous nous arrêtons à Sahagùn après quelques kilomètres, nous sommes 3 sur 5 à être malade, après une petite remontée dans le temps mémorielle, on devinera que c'est une source d'eau municipale qui est en cause et l'on apprendra peu de temps après que le problème est bien connu, mais que la source est toujours considérée comme potable.

On perd Candice à l'entrée de la ville, elle était juste derrière nous et elle n'a pas pris le même embranchement à un carrefour. On la retrouvera le lendemain.

Jour 53

Nous arrivons à Religios, où nous tombons sur un bar dont les murs sont totalement taggués, les personnes qui passent laissent un message ou un dessin sur les murs au marqueur. On peut trouver des petits chef-d'oeuvres en prenant le temps de regarder.

Graff Espagne

Jour 54

On décide de prendre un taxi pour arriver à Léon (pour différentes raisons). Anthony décide de finir à pieds pour son dernier jour de marche. À voir le paysage, notre choix était bon (pour nous), les (10 ?) derniers kilomètres avant Léon sont en fait une immense bande de zone commerciale.

Visite en mode zombie après une petite sieste, Cathédrale en fin d'après-midi pour faire des répérages pour des photos le lendemain.

Jour 55

Cathedrale de Leon 1

Cathedrale de Leon 2

Jour 56

Aucune note

Jour 57 - 18 novembre

Joyeux anniversaire petit mogwai \o/

Cette journée sera bonne ou ne sera pas.

Et elle le sera, déjà, il y a du soleil, alors profitons.

On rencontre David en fin de matinée, il s'est installé sur le bord du chemin dans une sorte de grange qui était abandonnée, sans eau courante ni électricité. Comme beaucoup de personnes sur ce chemin, il a décidé de « dédier » sa vie aux Pélerins. Il va chercher 40 litres d'eau (en une seule fois) tout les matins à pieds à deux kilomètres (puis il s'enchaine un peu de course à pieds histoire de rester en forme). On reste sur place quelques heures, d'abord pour manger, puis pour profiter, puis on trainera les pieds pour partir, notre destination du jour étant Astorga, 6 kilomètres plus loin.

Casa de Los Diose

Nous repartons tout les trois (martin, matthieu et moi), Alexis a décidé de rester (nous avions pris les paris qu'il resterait avant même qu'il arrive).

Matthieu se rend compte qu'il a oublié son bâton deux cent mètres plus loin, il fait demi-tour pour aller le chercher, Martin continue pendant ce temps là. Matthieu revient, apparemment Martin aurait oublié une enveloppe avec de l'argent. On arrive à le rattraper dans la descente vers Astorga, il fait demi-tour pour aller la chercher.

On arrive à Astorga, Matthieu appelle Martin, il nous annonce qu'il reste en haut, pas envie de se retaper encore 6 kilomètres.

Nous sommes à l'entrée d'Astorga, Martin et Alexis sont 6 kilomètres derrière nous, je sais que si je fais demi-tour je vais passer une bonne soirée, et la ville à l'air triste.

Moins de 2 secondes pour se décider, nous faisons demi-tour. Six kilomètres en plus.

Je fête mes 25 ans sur le chemin de Compostelle, autour d'un poêle à bois avec 4 espagnoles qui passaient par là totalement par hasard, et qui avaient justement de quoi (bien) manger dans leur voiture, puis d'un magnifique feu de bois. Merci encore David, et Alexis, Martin et Matthieu, ce fut parfait <3.

un jour je vous parlerais de la technique québécoise pour chopper un ours bourré. Mais il faut un feu et un ciel étoilé pour ça.

Jour 58

On se lève (tranquillement) vers 8h30 après une trèèèès bonne nuit au milieu de rien (le rêve !) pour faire 36 kilomètres.

36 kilomètres. Départ vers 10h45.

Reprenons, ça faisait quelques jours que, au bord de la route, il y avait des pubs pour un lieu bien précis, qui était, il faut l'avouer, très alléchant. Ce lieu, il était (oh zuuut), sur le bord du chemin dans Astorga. Du coup, qu'avons nous fait ?

Nous sommes rentrés.

C'était un hôtel 4 étoiles avec un SPA (je vous laisse cliquer sur le lien pour avoir un aperçu).

*\o/* *\o/* *\o/*

Et nous sommes en ? Novembre ! Et en Novembre c'est ? La basse-saison !

« Dis Alexis, elle dit quoi la dame ? Et pourquoi tu te marres ? Ils nous font la nuit + 1h30 de spa + un buffet à volontée pour le petit-déj pour 30 € par personne ? Hum (tentons de garder notre sérieux) excusez nous madame, nous allons nous concerter un instant ».

2 secondes plus tard

« Oui, donc en fait, nous allons vous prendre 4 places, oui madame, merci. Ah, par contre, pour le spa, nous n'avons pas de maillot, on fait comment ? Nous… nous allons être tout seul donc nous faisons comme nous voulons ? C'est bien entendu, merci beaucoup ».

Journée très tranquille.

Pas la peine de chercher, il n'y a aucune photo qui existe de cette soirée.

Jour 59

Ironie (en fait ça ne m'étonne pas), j'ai mieux dormi la veille chez David que dans un hôtel 4 étoiles…

Nous arrivons chez le « dernier templier », c'est très, très décevant, si je devais mettre des mots sur des sensations, je dirais qu'il n'y a aucune « âme » dans le lieu, et la « boutique » n'arrange rien, espérons que ce soit plus sympa en été. On dort dans le grenier au chaud, je suis persuadé qu'il neige dehors. L'interdiction de partir avant 8h est par contre bien agréable.

Jour 60

Journée tranquille, 23 kilomètres, nous arrivons à Ponferrada.

Ponferrada

Emily arrive en fin d'après-midi et s'effondre en pleure. Apparemment elle a passé une grande partie de la journée avec une migraine ophtalmique, ça a dû être très, très dur. Jean-michel arrive dans la soirée, Matthieu décide de partir demain, il quitte le chemin

Jour 61

Vignes

Nous arrivons à Villafranca.

Jour 62

Nous arrivons à O'Cebreiro dans la nuit (il était… pfiouuu… au moins 18h30 !) et dans le vent.

Nous avons fait 30 kilomètres aujourd'hui.

Nous sommes en Galice, terre celte.

Léon, anniv et spa (jour 48 à 62)
Share this