Les buttes dans la permaculture

j'ai commencé cet article il y a nettement trop longtemps, je le publie "en l'état", ça peut toujours servir. Je le terminerai peut-être un jour si ça intéresse du monde.

Si vous vous intéressez à l'agroécologie ou à la permaculture, vous avez dû voir passer quelque chose concernant la culture sur butte. Pourquoi ? Parce que c'est sans doute la partie la plus accessible et la plus compréhensible par le "grand public".

Les avantages des buttes peuvent être multiples : éducatif, enrichir la terre (ou en générer), un accès facilité selon sa hauteur (pour les personnes en fauteuil roulant par exemple), un meilleur drainage (pour les terrains humides), une réduction de l'érosion (vent, pluie...), création de terrasses, éviter des glissements de terrain, créer des micro-climats, moins d'arrosage, augmentation de la superficie (avec l'inclinaison des pentes), aménagement (lignes ondulées, en demi-lune, en labyrinthe, en cercle avec une mare au milieu), lutte contre les nuisibles avec ou sans polycultures ...

Avant de mettre en place une "butte de permaculture", il faut réfléchir à son but,son emplacement, sa forme,... on peut aussi réfléchir à la façon dont nous allons par la suite "fabriquer" un sol plus riche (nous avons quoi comme matières disponibles ?), ou encore quel type de polycultures nous pouvons faire.

La mise en place d'une butte peut être rapide et plutôt simple, comme elle peut demander de la logistique, une bonne préparation et une machine selon la taille du terrain sur lequel vous voulez la mettre en place (voir par exemple Sepp Holzer dans les montagnes autrichiennes). Le plus important est de ne pas s'enfermer dans un modèle donné mais de réfléchir à son cas propre et de rester créatif.

Avant de continuer, définissons quelques termes que nous allons retrouver par la suite (suivez les liens pour les détails) :

  • Matières verte : matières riches en azote (humide)

    Ce sont principalement les déchets Verts, Mous et Mouillés, comme les épluchures de fruits, les restes de légumes et tonte de gazon. Ils sont facilement digérables, les micro-organismes y trouvent sucres et protéines en abondance pour se nourrir, se développer et se reproduire. Ils sont suffisamment humides (avec parfois un taux d'humidité supérieur à 80%).

    Ils posent de ce fait un problème important : étant donné qu'ils sont sans structure, ils ne laissent pas circuler l'air et n'assurent pas bien l'élimination de l'eau excédentaire. Si on travaille uniquement avec des matières azotées, on risque d'obtenir une substance visqueuse et la formation d'odeur désagréable. Elles seront donc mélangées avec des matières carbonées, structurantes.

  • Matières brune : matières riches en carbone (sèche)

    Ce sont principalement les déchets Bruns, Durs et Secs, comme par exemple les branches, feuilles mortes, la paille, les branches broyées, le papier, le carton. Ils contiennent beaucoup plus de carbone que d'azote.

    On pourrait croire que, comme ils sont riches en énergie, ils vont être vite transformés. Mais comme ces matériaux ne contiennent pas beaucoup d'azote, les décomposeurs n'y trouvent pas tous les éléments nécessaires à leur croissance ainsi qu'une humidité suffisante. Leur décomposition sera donc assez lente. C'est la raison pour laquelle ils seront mélangés avec des matériaux azotés.

  • Paillis / mulch

    Le paillis est une couche de matériau protecteur posée sur le sol, principalement dans le but de modifier les effets du climat local. Si, à l'origine, le terme dérive évidemment de paille, de nombreux autres matériaux naturels ou synthétiques sont utilisés à cet effet.

  • Engrais verts

    Un engrais vert est une plante semée dans le but d'améliorer et de protéger un sol. Ils peuvent être divisés en trois principales catégories :

    • les cultures intercalaires, qui sont semées en même temps ou après la culture principale et entre les rangs de celle-ci,
    • les engrais verts en dérobée (ou cultures de couverture), qui pousseront soit avant soit après la culture principale,
    • les engrais verts de pleine saison (ou saison complète), qui vont remplacer la culture principale pendant toute une saison.
  • Polyculture

    En agriculture, la polyculture est le fait de cultiver plusieurs espèces végétales au sein d'une même ferme, ou plus largement dans une région naturelle. Son association à l'élevage, la polyculture élevage, est la norme dans de nombreuses régions du monde.

    Les agronomes distinguent deux types de polyculture : la rotation culturale (suite de variétés échelonnées au fil des années sur une même parcelle) et les cultures multiples (cultures de deux ou plusieurs plantes en séquence sur la même parcelle au cours d'une même année).

  • Jardinage en lasagne (Fr)

  • Regenerative agriculture (En)

Les différentes formes de buttes

La butte sandwich

Robert Morez

img

La butte en lasagnes

img

Patricia Lanza

La butte forestière (ou Hugelkultur)

Dans son livre La permaculture de Sepp Holzer, Sepp Holzer explique qu'il broyait tout (branchages, arbustes, arbres...) pour établir la structure interne de ses buttes et que ça lui posait plusieurs problèmes : temps de travail, pénibilité, matières trop compactés (donc pas assez d'aération pour le processus de décomposition)... Il incorpore maintenant des arbres entiers et ça marche apparemment nettement mieux sur tout les points de vues.

img

Selon lui, il vaut mieux au moins 2 buttes proche afin de créer un écosystème entre les deux et l'inclinaison de chaque butte doit être au minimum de 45° (toujours selon lui, c'est encore mieux avec une pente entre 60 et 70° afin de minimiser le risque de compactage et donc améliorer la décomposition), et une hauteur entre 1m à 1.5m.

IMG

Liens divers

Si vous souhaitez approfondir vos recherches :

Les buttes dans la permaculture
Share this